Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog

Voici un rappel de quelques passages de la conférence de Jacques DUCLOS, « ÊTRE STALINIEN » faite le 23 décembre 1949, devant les groupes parlementaires communistes de l’Assemblée Nationale, du Conseil de la République et de l’Assemblée de l’Union Française

« La célébration du 70e anniversaire de STALINE vient de constituer une grande affirmation de confiance de la classe ouvrière et ses masses démocratiques dans la victoire finale de la cause de la libération humaine incarnée par le continuateur du grand LÉNINE.
Des centaines de millions d’hommes et de femmes saluent en STALINE l’homme de la victoire sur la barbarie fasciste, l’homme de la paix qui lutte pour faire échec aux plans des fauteurs de guerre, l’homme du socialisme qui montre le chemin d’une civilisation nouvelle fondée sur la disparition de l’exploitation de l’homme pas l’homme
Ils saluent en STALINE l’homme de la libération des Peules coloniaux et dépendants, l’homme de l’indépendance et la fraternité des nations
Ils saluent en STALINE l’homme du parti d’un type nouveau qui a permis de faire du rêve socialiste de nos pères une réalité triomphante.
Les peuples saluent en STALINE le géant de la pensée et de l’action, le guide du mouvement ouvrier international, le modèle, l’exemple, le maître de tous les hommes d’avant-garde, de tous les prolétaires qui ont pour objectif la victoire de la liberté, de la paix et du socialisme.
C’est pourquoi notre devoir est de nous efforcer dans notre comportement, dans notre activité, d’être des staliniens.
Ce que certains considèrent comme un qualificatif qu’ils voudraient outrageant est pour nous un titre de gloire.
Mais nous devons nous juger nous-mêmes avec modestie.
Être stalinien, c’est notre ambition.
Mais cela exige de nous des efforts, et je veux examiner dans quelle direction ces efforts doivent être orientés sans avoir la prétention d’épuiser le sujet, avec la volonté de continuer à améliorer notre compréhension des problèmes posés devant nous par notre activité quotidienne, dans l’esprit de la fidélité et d’un dévouement sans limite à la grande cause de MARX, ENGELS, LÉNINE, STALINE. »

Puis, Duclos développe six chapitres :
« Être Stalinien, c’est être dévoué à la classe ouvrière, au peuple… 
Être Stalinien, c’est être étroitement lié aux masses…
Être Stalinien, c’est s’efforcer d’acquérir une formation théorique Marxiste-léniniste…
Être Stalinien, c’est être ferme sur les principes…
Être Stalinien, c’est être animé de l’esprit de l’internationalisme prolétarien...
Être Stalinien, c’est être fidèle au Parti jusqu’à la mort… »

Jacques DUCLOS conclut par ces mots :
« Être Stalinien telle est notre ambition à nous tous, camarades !
Mais peut-être devons-nous faire preuve d’un peu de modestie, sachant tout ce que nous avons encore à faire pour nous pénétrer complètement des enseignements de STALINE.
Et au lieu de proclamer avec une certaine présomption « Nous sommes des staliniens », nous serons plus près de la vérité en disant : « nous nous efforçons et nous nous efforcerons, avec plus de vigueur que jamais, d’être des staliniens. »  (*)

Qui peut être contre ces principes ? Les capitalistes, les anticommunistes opportunistes et ceux qui ne sont ni pour, ni contre (les sans parti).

Mais qui se trouve contre, extraordinairement, c’est le P.C.F.
Depuis quand ? Depuis la tenue du XXème Congrès du P.C.U.S. avec la célèbre intervention de Khrouchtchev et la non moins célèbre Union de la Gauche avec le Programme Commun de Gouvernement P.S-P.C.F.
Mais revenons sur la fermeté des principes dont ne s’est jamais départi Staline, ce qui a tellement perturbé et qui continue à indisposer tant de camarades, allergiques au combat de classe et à son aboutissement, la dictature du prolétariat.

Vouloir remettre en cause les attaques contre STALINE et commencer, chaque fois, les articles par ses soi-disant crimes puis parler du socialisme en marche, ce n’est pas une bonne méthode. 

Les épisodes principaux cités contre la fermeté des principes de STALINE (et qui reviennent sans cesse de la part des camarades), sont l’expropriation forcée des terres et les purges de 1930-36-38. On utilise aussi le testament de LENINE décrivant un STALINE coléreux, emporté, dangereux au premier poste de commandement. Mais si c’était vrai, STALINE n’aurait-il été utilisable qu’en temps de guerre, puisque personne ne conteste ses qualités de généralissime ?

Il faut cesser de divaguer, nous semble-t-il. Dans cette période difficile de l’expropriation des terres, LENINE et STALINE sont intervenus plusieurs fois pour calmer l’ardeur des prolos en leur disant d’être moins impatients.

Dans les cas des purges aux dates citées, il est clair et évident que plus le socialisme avançait, plus le nombre d’adversaires augmentait et gagnait en violence. L’opportunisme proliférait. On peut constater ce phénomène aujourd’hui même, dans notre pays, sans avoir le pouvoir.

Sans être Hartmann ni Martens, on ne peut ignorer que la présence, dans les bureaux des différents ministères en France, d’espions étrangers Allemands et Italiens, groupés dans ce que nous appelions le 2ème bureau et la 5ème colonne, a été largement prouvée.
Ce cas de figure n’aurait-il pas été le même en U.R.S.S. ? Oui, c’était pareil. On a vu des bolcheviks de la première heure tourner casaque. Les saboteurs opéraient au grand jour, à la solde de l’ennemi.

Les procès de Moscou dont on parle tant, se sont déroulés en bonne et due forme, comme dans n’importe quel appareil judiciaire du monde, en présence de nombreux observateurs étrangers qui ont salué la régularité des procès. Ce n’était pas Staline qui le présidait. Les aveux n’ont pas été arrachés, comme on veut le dire, par la torture. Contester ces procès reviendrait à remettre en cause 1789 et Nuremberg.

Le Tribunal militaire l’a démontré, beaucoup d’officiers de l’Etat major avaient été achetés et cela à la connaissance de tous les gouvernements. Lorsque Staline à donné l’ordre de faire le ménage en les remplaçant par de nouveaux officiers, ceux qui ont reconnu la grande valeur de Staline ont été les Allemands, les Anglais et les Américains.

Il faudra chercher ailleurs le but de ces accusations.
De la part de ceux nommés plus haut, rien d’étonnant, mais de la part des communistes, du PCF et d’ailleurs, c’est plus inquiétant.

Faudra-t-il longtemps pour trouver la vraie raison de cette attitude ? Pourtant il n’y a qu’à s’instruire théoriquement à la source Marxiste-léniniste-stalinienne et ça presse…

(*) Source : France Nouvelle 1949

Texte adopté par l'AG de l'ARC 66 du PRCF pour publication dans "Étincelles"

Partager cette page

Repost 0