Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

 

robespierre2.jpg

 

A l'heure où les Républicains conséquents vont célébrer un des actes fondateurs de la République, à savoir l'exécution de Louis Capet (Louis XVI), l'UM'Pen, bras armé du la fascisation, vient de frapper au cœur des institutions républicaines, à l'Assemblée Nationale. En effet la députée d’extrême-droite, Marion Le Pen, et une bande de députés UMP unissent leurs forces pour dénoncer, comme la Shoah ou le génocide arménien, "le génocide contre la Vendée".

Bien évidement les historiens sérieux rejettent radicalement cette position qui n'a rien à voir avec l'histoire, mais qui s'inscrit dans une bataille politique et idéologique contre la Révolution. Cette attaque remonte à la campagne de François FURET contre la Révolution, dans sa phase démocratique, en particulier de 1793-94, pour présenter celle-ci comme la matrice du" totalitarisme".

Le but de cette opération au long cours est d'amalgamer la Révolution français et le communisme dans le même opprobre pour pouvoir détruire la Nation et le progrès social et l'idée même de Révolution, autant dire les objectifs du grand capital avec, comme arme de destruction massive, l'Union Européenne.

Constatons encore que l'unité d'action entre FN et UMP (l'UM'Pen en formation) s'approfondit et passe de l'utilisation du même argumentaire dans nombre de domaines, à l'unité à la base dans les manif anti homo et, maintenant, dans le soutien de la guerre néocoloniale et la lutte contre notre grande Révolution française.

Comme l'a toujours signalé le PRCF, la contre-révolution qui a détruit l'URSS et ébranlé l'œuvre de la Révolution d'octobre 1917 est historiquement si réactionnaire qu'elle ne pouvait manquer de s'en prendre à l'héritage de la Révolution démocratique bourgeoise elle-même.

A noter que la fausse gauche n'est pas en reste dans cette déconstruction de l'héritage progressiste de la France avec, notamment, les attaques furieuses contre les Lumières que nourrissent depuis trente ans les "nouveaux philosophes" comme Bernard-Henry Lévy ou comme l'ex-dirigeant maoïste André Glucksmann, ces deux hontes de la philosophie contemporaine. Plus que jamais, l'anticommunisme et l'antisoviétisme pavent la voie de la pire réaction.

Le PRCF appelle tous les démocrates attachés à l'œuvre historique de la Montagne, des Sans-Culotte et des Soldats de l'An II, à agir ensemble aux côtés des vrais communistes contre cette fascisation idéologique. Pour cela, une occasion est donnée à tous les antifascistes avec la manifestation du 2 février prochain, place de la Bataille de Stalingrad à Paris : Marathon, Valmy, Fleurus, Stalingrad, vive la lutte millénaire des peuples pour l'émancipation de l'humanité!

Quant au PRCF, il "répond toujours du nom de Robespierre", comme le dit Jean Ferrat, et il s'affirme clairement comme l'héritier, n'en déplaise aux filles de Maréchal et de Le Pen, de l'Acte fondateur de la République que fut la mise hors d'état de nuire du traître à la nation Louis Capet, le 21 janvier 1793. Régicides ou "républicides", à chacun de choisir son camp, du côté des Lumières communes ou du côté de la pire réaction.

Au fait, des députés de la vraie gauche ne devraient-ils pas s'interroger sur l'opportunité de déclarer "génocidaire" le comportement du bien prénommé Adolphe THIERS et des troupes versaillaises, secondées par BISMARK, dans les massacres de la Semaine sanglante qui se traduisirent par le lynchage d'au moins 30.000 Communards, hommes, femmes et enfants à la suite de la reconquête de Paris par l'armée réactionnaire?

 

Antoine Manessis, PRCF

 

Tag(s) : #BILLET ROUGE - L'ACTU À CHAUD

Partager cet article

Repost 0