Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Rotative2-e1382738100319

Le  groupe de médias Lagardère annonce 570 suppressions d’emplois ainsi que la vente programmée, voire la fermeture, de 10 titres de presse.

Encore une fois,  les grandes fortunes veulent se faire de l’argent sur le dos des travailleurs,  détenteurs du savoir-faire et créateurs de la richesse du groupe. Le but de la  manœuvre serait « d’augmenter les bénéfices de 6 à 9 % », préserver la rentabilité des actions du groupe Lagardère.

Ce ne sont pas  moins de 354 journalistes, dont 214 pigistes réguliers (au statut  particulièrement précaire, faut-il le rappeler), qui sont sur la sellette.

Les titres  concernés sont : Le Journal de la Maison, Mon Jardin & ma Maison,  Campagne Décoration, Be, Psychologies, Maisons & Travaux, Auto Moto, Union,  ainsi que Paris Première et Pariscope, (les deux derniers titres ne seraient  conservés qu’en éditions numériques sur internet).

Il faut rappeler que les principaux actionnaires de Lagardère  sont des fonds d’investissement, dont le premier est le fond souverain du  Quatar. Ces « dirigeants », qui n’ont aucune vision économique à long  terme, ont pour intention de tout miser sur l’internet. Malgré tout, aucun  investissement n’est prévu à ce jour pour ce passage au « tout  numérique », alors que les différentes analyses font ressortir aujourd’hui  que la presse a tout intérêt à miser sur les double supports papier-numérique  (voir l’actuelle stratégie de Libération).

Les syndicats  français (dont le SNJ, SNJ-CGT, CFDT) ont lancé un mot d’ordre de grève  reconductible face à l’annonce faite le 17 octobre, devant les élus du personnel  du projet du groupe Lagardère Active (branche media du groupe).

C’est la liberté de  la presse, dans toute son essence, qui est en danger face aux capitalistes qui  se sont emparés de nos medias dans le but de faire du profit, museler  l’information, faire du prosélytisme et agir dans le but de lobotomiser les  citoyens en les privant de l’information nécessaire à la construction de leur  propre pensée.

Le Pôle de  renaissance du communisme en France s’associe au combat des travailleurs du  groupe Lagardère, 3e éditeur mondial de livres et acteur d’autres medias, tels  les chaînes de radio ou télévision, la distribution dans les gares et aéroports  ou le monde du sport et du spectacle. Il n’oublie pas, non plus, les  journalistes de tous les medias français qui subissent depuis quelques mois de  multiples plans de restructuration et une pression constante pour orienter leurs  articles et reportages.

Le PRCF tient à  rappeler à tous que l’article 4 du programme « Les jours Heureux » du  Conseil National de la Résistance garantit, entre autres :

la pleine liberté de pensée, de conscience et d’expression ;

la liberté de la presse, son honneur et son indépendance à l’égard de l’État, des puissances   d’argent et des influences étrangères…

 

Au-delà de la lutte pour la survie que mènent  les travailleurs de Lagardère-Active, il convient d’envisager la nationalisation  démocratique des empires industriels et médiatiques de MM. Lagardère, Dassault,  etc. Il est anormal que des financiers et des marchands d’armes totalement  alignés sur les fauteurs de guerre de l’impérialisme US, monopolisent et  dépècent le paysage journalistique français, déjà très mal en point, sur la base  de leurs sordides intérêts égoïstes.

La commission Luttes du PRCF

Source, site du PRCF : http://www.initiative-communiste.fr/articles/luttes/prcf-solidaire-journalistes-du-groupe-lagardere/

Tag(s) : #LUTTE DES CLASSES ET RENAISSANCE COMMUNISTE

Partager cet article

Repost 0