Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Parisot-Ayrault

Photo 20minutes.fr ERIC PIERMONT AFP.COM


 

Front Syndical de Classe

 

Pièce jointe-copie-1La conférence sociale du 20 et 21 juin, annoncée à grands cris, serait censée être un espace de négociation entre le MEDEF et les syndicats.

 

 

A son ordre du jour : l’emploi et les retraites.


Décodons la mise en scène à partir de l’expérience de la première conférence qui a abouti à la signature de l’accord sur la flexibilité du travail par la CFDT, la CGC et la CFTC le 11 janvier et à la loi votée par le parlement le 14 mai dernier.


Première phase, rapport préalable annoncé à grand son de trompette, piloté par des autorités soit-disant indépendantes (en fait des tenants de la pensée unique et des "indispensables et incontournables sacrifices à faire").


Commission Gandois pour le rapport sur la flexibilité du travail et rapport Moreau pour le rapport sur les retraites.


Pour repère signalons que, dans une brillante carrière technocratique, Yannick Moreau a été nommée, par décret du Premier ministre François Fillon, au Haut Conseil du dialogue social en décembre 2008, où elle assure la présidence des sessions. Continuité donc assurée …


Seconde phase, matraquage médiatique

"Il n’ y a pas d’autres solutions que d’accepter les reculs proposés". D’ailleurs, les radio trottoir confirment la chose !

 

Troisième phase, les partenaires sociaux groupés autour du bloc réformiste dont on a organisé la représentativité majoritaire obtiennent des "compensations" aux mesures initialement annoncées ; et dans la foulée les médias proclament la signature de l’accord par les partenaires sociaux.


Quatrième phase, le gouvernement adopte le contenu de l’accord et le parlement (majorité PS flanqué du soutien critique de la droite) entérine le choix des partenaires sociaux et l’opinion publique matraquée est appelée à approuver les "réformes rigoureuses mais justes".


Nous ne prenons pas un grand risque à annoncer que le même schéma va s’appliquer à la conférence sociale des 20 et 21 juin et à ses suites pour faire approuver (c’est l’essentiel pour eux !) une nouvelle contre-réforme des retraites déjà écrite par le grand patronat et la commission de Bruxelles.

 

Rien donc à attendre de cette conférence ! On ne négocie pas la régression sociale !


Pour les travailleurs et leurs organisations, l’essentiel c’est de préparer dès à présent la nécessaire lutte qui devra se développer sur la base du seul vrai levier : le rapport de forces, la construction du TOUS ENSEMBLE EN MEME TEMPS et la bataille d’idées pour débusquer les mensonges et les véritables intentions des tenants de la "réforme".

 

 

 

Tag(s) : #LUTTE DES CLASSES ET RENAISSANCE COMMUNISTE

Partager cet article

Repost 0