Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Adéu, camarada Ramón Ferrer !

Notre camarade, Raymond FERRER (Ramón en catalan), syndicaliste CGT, communiste marxiste-léniniste, militant de la culture catalane, nous a quittés le 26 août 2015. 

Toute sa vie, il l’a dédiée à la défense des travailleurs et à son combat de communiste, notamment quand il impulsait l’activité syndicale et politique sur les grands chantiers de Fos-sur-Mer en tant qu’ouvrier révolutionnaire. Vice-président de « l’Association Staline », il a œuvré pour le rétablissement de la vérité sur l’URSS, première expérience socialiste, et sur le Maréchal Staline.

Installé à EVOL (Pyrénées Orientales), il a lutté, pendant près de 25 ans, pour obtenir les financements nécessaires à la réhabilitation du château médiéval et pour que la municipalité d’Olette lance les travaux. Il était persuadé que les activités liées à l’exploitation du château pourraient aider à redonner de la vie à cette vallée sinistrée.

Nous adressons nos sincères condoléances à sa compagne, Juliette, et à toute sa famille.  Annette Mateu Casado, pour le PRCF 66 et pour la direction nationale du Pôle.

Raymond Ferrer en réunion de bureau dans la chapelle d'Evol, avec les bénévoles de l'association, le 9-10- 2011

Raymond Ferrer en réunion de bureau dans la chapelle d’Evol, avec les bénévoles de l’association, le 9-10-2011

Plusieurs camarades du PRCF nous ont transmis un message de condoléances. Nous publions celui de Luc Wajs, du PRCF-13, qui a bien connu Raymond lorsqu’il vivait à Marseille.

« Quelles qu’aient pu être nos différences d’appréciation sur certains sujets, je garde de Raymond Ferrer le souvenir d’un camarade accueillant que je croisais quasiment chaque jour lorsqu’il était concierge de la bourse du travail à Marseille, comme défenseur du monde du travail au sein de la CGT et conseiller prud’homal. J’ai eu le bonheur de le retrouver des années après son départ du 13 grâce au PRCF où nous nous sommes battus ensemble pour ce qui était l’essentiel de notre combat commun : redonner à la classe ouvrière le parti qui lui a été volé. J’en informe l’UD-CGT13.

Mon cher Raymond, tu resteras présent dans tous nos combats. Luc WAJS.

 

Ci-dessous, le poème que lui a dédié, en janvier 2013, son ami et disciple, notre camarade Claude-Emile TOURNÉ.

Raymond Ferrer Poème CE Raymond Ferrer Poème CE Tourné

 

Château d'Evol, octobre 2011

Château d’Evol, octobre 2011

Site de l’association Castell d’Evol dont Raymond Ferrer était le président : http://chateau.evol.free.fr

Association Castell d'Evol

Association Castell d’Evol

Marc, bénévole de l’Association Castell d’Evol, a créé un diaporama en hommage à Raymond, à partir des nombreuses photos qu’il a prises au cours de ces dernières années.

Raymond, tout petit, dans ce château d’Evol (13e s.) pour lequel il a lutté près de 25 ans pour obtenir sa réhabilitation !

Evol vu d'en haut

A Ramon Ferrer i Reina, in memoriam

Voldria donar les gràcies a la família per deixar-me retre homenatge al nostre admirat president de l’associació Castell d’Évol per haver fet tot el possible durant un quart de segle per salvar el Castell d’Évol, és a dir el nostre patrimoni, la memòria històrica del nostre país.

Fem aquest homenatge en català a en Ramon, pilar i ànima de l’associació que va crear el 2001, perquè el català era la seva llengua, la llengua que li van robar, que li van empetxar d’aprendre a escriure; per a ell aquesta aquesta prohibició era criminal tal com ens ho va confiar en una lletra: « merveilleux amis, encore une fois mon cœur s’arrache de ne pouvoir vous écrire dans ma langue maternelle. A chaque fois c’est un avortement criminel que je n’oublierai jamais jusqu’à ma mort » (11.06.2005).

En Ramon va dedicar a la salvaguarda del castell, amb el sosteniment pacient de Julieta, l’energia, la constància, la força de treball, d’abnegació i de persuasió, la integritat, que han caracteritzat totes les lluites que va portar al llarg de la seva vida : primer les lluites per la classe social obrera, que el van privar de tenir una vida familiar; va treballar fins als 65 anys com a assalariat a la construcció del més gran i més performant complex siderúrgic del món : « 20 000 ouvriers, cadres et techniciens de toutes les races...tous m’ont reconnu comme homme intègre alliant politique et syndicat de classe ouvrière combattante, puisqu’ils m’ont porté à la plus haute responsabilité...; mon plus grand plaisir c’est de penser que j’ai été à l’origine dans ma profession au niveau national du paiement des journées d’arrêt de travail pour maladie comme temps de travail» (10.06.2005). No va tenir por de combatre fins i tot la jerarquia sindical i política, la tecnocràcia de dreta i esquerra i va ser tan admirat i mitificat com a líder, que es planyia d’un cult a la seva persona.

La darrera part de la seva vida, tot un quart de segle, la va dedicar a la lluita per salvaguardar un monument, abandonat des de fa segles i amenaçat de desaparèixer. Estimava i volia salvar ruïnes de l’oblit perquè són ben entès un testimoniatge del nostre gloriós passat nacional i també perquè pensava que la restauració provocaria un desenvolupament econòmic dins una comarca, el Conflent, i un país, la Catalunya del Nord, sinistrats. Ell mateix va explicar per escrit la raó més íntima i profundament arrelada: « J’ai des comptes à régler avec la République française, c’est une question d’honneur Catalan. Je n’oublie jamais le mal qu’on me fait à moi et à mes frères et sœurs… [nous sommes] des êtres humains obligés de s’unir pour une cause commune de sauvegarde de la race, quelle contrainte mais quelle richesse…» (11.06.2005)

Avui volem expressar la nostra admiració per en Ramon, també li demanar de perdonar-nos si alguns de nosaltres no hem pogut ser a l’alçada de les seves esperances. En Ramon és i quedarà un dels il·lustres fills de la nostra terra, Catalunya, a costat de tots els qui, al llarg dels segles, han lluitat per preservar la nostra identitat i el nostre país.

Gràcies, Ramon per tanta fermesa i constància. Ens vas deixar a més a més un missatge concret el 2005 : « le catalan ne doit plus agir seulement en paroles ; il faut des actes, des actes créateurs». Actuar per al país serà la manera d’honorar la teva memòria.

 

Daniela Grau i Humbert

Elna, 29.08.2015.

 

 

 

Tag(s) : #PRCF

Partager cet article

Repost 0